Ada Lovelace

Ada Lovelace, première programmeuse

Le premier programmeur informatique de l’histoire est une femme. Ada King comtesse de Lovelace a en effet conçu dès 1842 le premier algorithme pour machine à calcul, ancêtre des ordinateurs.

Mieux, Ada Lovelace a également rédigé de nombreuses notes sur les perspectives qu’offraient le calcul. Elle avait tout simplement imaginé l’informatique.

Sa vie pourtant fut loin d’être réglée comme un algorithme. Ada Byron, née le 10 décembre 1815 à Londres, est la fille du sulfureux poète Lord Byron (1788-1824). Elle connut peu son père puisque Annabella Milbanke, sa mère, s’en sépara un an après sa naissance. Mais elle transmet à Ada le goût des mathématiques. La jeune fille est si douée qu’elle rejoint, à l’âge de 17 ans, le grand mathématicien britannique Charles Babbage, premier homme à concevoir une machine à calculer.

Mariée en 1835 à William King comte de Lovelace, Ada est chargée en 1842 de traduire en français une description de la machine analytique de Babbage. Ce dernier, conscient des qualités de sa collaboratrice, lui propose d’apposer au texte traduit les notes de ses propres recherches.

Ada travaille d’arrache-pied, au point de concevoir un algorithme détaillé susceptible de faire calculer par une machine les nombres de Bernoulli, une suite de nombres rationnels. Cet algorithme est considéré comme le premier programme informatique de l’histoire, rédigé dans un langage destiné à être exécuté sur une machine.

Curieusement, beaucoup de détracteurs minimisent l’implication d’Ada Lovelace dans la conception de cet algorithme, considérant que le gros du travail était réalisé par Babbage. Comment ces esprits peuvent-ils en effet imaginer qu’une femme puisse découvrir des formules qu’aucun homme n’a imaginé avant elle ?

En dépit de ses qualités, la comtesse de Lovelace connut une fin de vie difficile. Tombée malade suite à des accouchements très éprouvants, elle s’impliqua plus que de raison dans les projets de Babbage, au point de jouer aux courses pour trouver des financements. Elle tenta même d’écrire un algorithme qui lui aurait donné à coup sur la combinaison gagnante du derby d’Epsom. Elle est morte à 36 ans un peu folle et atteinte d’un cancer de l’utérus. Elle fut enterrée à Nottingham près de la tombe de son père.

Lors de l’avènement de l’informatique dans la deuxième partie du vingtième siècle, les travaux un peu oubliés d’Ada Lovelace furent remis en lumière. Un langage de programmation créé en 1977 porte son prénom d’Ada. Plus tard, la firme Microsoft fit apparaître sa silhouette sur les hologrammes d’authentification de ses produits.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *