Petite histoire du marketing

La notion de marketing est apparue au milieu du vingtième siècle. Auparavant, à l’époque de l’économie de production de masse, l’offre était inférieure à la demande. L’écoulement du produit était donc assuré, l’entreprise veillait surtout à ses coûts de production. L’entreprise n’avait pas besoin d’un commerciale, ni de suivi client.

Dans les années 1950/1960, la société passe dans une économie de distribution et de commercialisation du produit. La demande devient égale à l’offre. L’entreprise ne doit plus seulement savoir produire mais également savoir vendre. C’est ainsi que nait la publicité, la communication et la promotion des ventes : en un mot le marketing. D’abord à base d’études de marché, le marketing a un rôle d’observation du marché et d’aide à la décision au sein de l’entreprise.

Dans les années 1970, la société passe dans une économie de marché. L’offre devient supérieure à la demande. La concurrence est de plus en plus rude, le consommateur a le choix, d’autant qu’il est mieux informé. C’est lui qui désormais domine le marché.

Le marketing procède par segments afin d’identifier les consommateurs et en trouver de nouveaux. Savoir produire et savoir vendre ne suffit plus, il faut désormais savoir communiquer. Il faut s’adapter au marché et aux besoins des consommateurs.

Dans les années qui suivent le choc pétrolier de 1976, nous passons dans une économie d’environnement. L’offre reste supérieure à la demande, mais l’entreprise est de plus en plus dépendante de son environnement : technique, économique, sociologique , politique, juridique…

Au vingt-et-unième siècle, la mondialisation de l’économie donne de nouvelles tendances au marché. Les consommateurs ont un pouvoir de plus en plus grand, du fait du choix dans l’offre. Ils sont également mieux informés et les groupes de pression (éthique, écologie, etc.) sont de plus en plus influents.

La grande distribution s’impose sur le marché. Elle multiplie ses points de ventes et développe ses propres marques. Certains marchés, dans les pays développés, sont saturés. Avec la généralisation d’Internet, le marketing se mue en webmarketing.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *