Et le web devient 2.0

Qu’est-ce que le web 2.0 ? Simple expression marketing ou véritable révolution ? La vérité comme souvent se trouve entre les deux.

A ces débuts, Internet n’était finalement rien d’autre qu’un minitel amélioré. On parlait d’autoroutes de l’information, mais ces informations ne circulaient que dans un sens, de l’émetteur à l’utilisateur.

Les premiers utilisateurs d’internet avaient un rôle passif : ils ne pouvaient que consulter un contenu relativement statique et limité. Les pages internet n’étaient que du texte illustré d’images, avec parfois un fond musical. Seuls les liens hypertextes marquaient une notable révolution.

Et puis vint le web 2.0

C’est Tim O’Reilly, patron des éditions du même nom qui publient des ouvrages de référence sur l’informatique, qui popularisa l’expression Web 2.0 soufflée par l’un de ses cadres, Dale Dougherty. La première conférence sur le sujet eu lieu en octobre 2004. La révolution était en marche.

Avec le web 2.0, Internet n’est plus seulement une source d’informations mais une plateforme de services informatiques à part entière qui fournit applications et logiciels aux utilisateurs. Ces programmes ont pour particularité de n’avoir plus besoin d’être installées sur l’ordinateur. Ils sont exécutables depuis un navigateur.

Le web 2.0 permet de tirer parti de l’intelligence collective, c’est-à-dire de l’implication et la collaboration des internautes. L’exemple le plus célèbre est Wikipédia, l’encyclopédie en ligne provenant de la technologie wiki, qui permet à l’utilisateur de modifier le contenu du site.

La richesse du web 2.0 sera l’exploitation des données. Les applications comme les moteurs de recherche ou les services de géolocalisation utilisent des données pour fonctionner. La propriété des données (libres ? propriétaires ?) est devenue un enjeu économique majeur, mais aussi une menace pour la sécurité personnelle.

Le logiciel n’est plus un produit mais un service. Celui-ci doit être gratuit mais aussi open source : l’utilisateur doit avoir la possibilité de contribuer à l’amélioration de l’outil. Le cycle des versions est également plus fluide, la mise à jour doit être perpétuelle. L’usager participe à l’évolution du produit, soit dans le développement, soit dans sa façon de l’utiliser.

Le web 2.0 propose des modèles de programmation légers et accessibles. Les interfaces se doivent d’être souples et légères, basées sur le standard HTML5 et CSS3. Les tâches de programmation sont lancées par des langages interprétés tels PHP, JavaScript, Ruby, Python.

La standardisation a engendré de nombreux frameworks, ces ensembles de composants structurels qui permettent de construire des logiciels ou des sites internet. Le plus fameux des frameworks est Ajax (Asynchronous JavaScript and XML) qui combine plusieurs technologies, notamment le langage JavaScript et les standards XHTML et CSS . Cette technique permet notamment d’actualiser une page sans la recharger complètement.

La programmation de site web devient un assemblage d’éléments simples.


La syndication est un ensemble de technologies qui automatise l’échange de contenu. On utilise principalement les flux RSS (Really Simple Syndication) basés sur le XML, ou encore la technologie Atom.

Le XML (Extensible Markup Language) est un langage normé utilisé notamment par RSS qui permet d’une manière générale d’échanger du contenu entre systèmes d’informations hétérogènes.

Un blog est un site internet présenté sous la forme d’un journal de bord où l’auteur publie chronologiquement des billets. Ceux-ci peuvent être commentés par les visiteurs et syndiqués par des flux RSS.

Le crowdsourcing est un enrichissement du contenu développé par une communauté d’utilisateurs.

La folksonomie (ou indexation personnelle) est une méthode de classification par tags. Le tag est un mot clé associé à une page web ou à son contenu.

Un mashup est une méthode de construction d’une page web ou d’une application à partir de ressources disponibles sur le web (sous la forme, souvent, de codes sources).

Un podcast est un moyen de diffuser un fichier audio ou vidéo.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *